Coronavirus – COVID-19

Vous êtes ici :
Page mise à jour le 6 avril 2021

1. AST67 aux côtés des salariés et des entreprises

  • Conseils et expertise restent plus que jamais au coeur du service que nous devons aux entreprises et aux salariés.

 

  • – Nos équipes assurent le suivi individuel des salariés essentiellement en téléconsultation. Des visites en présentiel sont organisées lorsque c’est nécessaire.
    Veillez à nous adresser vos salariés en visite de reprise, quelque soit le motif de leur arrêt de travail. Et en particulier : les personnes vulnérables, les salariés après COVID-19 et les cas contact.
  • Vous souhaitez prendre rendez-vous ? Rendez-vous dans l’espace adhérents avec vos identifiants d’accès.

 

 

 

Le virus circule toujours, et plus que jamais, la prévention est au cœur de nos vies et de la vie des entreprises.

Restez vigilants, restez connectés à AST67 !

2. Pour suivre l’actualité

Fiez-vous aux messages des professionnels de santé et aux sources officielles.

Numéro vert : 0 800 130 000. Plateforme ouverte 7j/7 et 24h/24 pour obtenir des informations sur le COVID-19 et des conseils.

 

Suivez les sources officielles mises à jour régulièrement :

 

 

Affichez les bonnes informations dans votre entreprise :

3. Gestes barrières : simples et efficaces !

Il existe des gestes simples pour préserver ma santé et celle de mon entourage :

    • Je me lave très régulièrement les mains à l’eau et au savon (visionnez cette vidéo ) ou avec un gel hydroalcoolique
    • Je tousse ou éternue dans mon coude ou dans un mouchoir
    • J’utilise des mouchoirs à usage unique et je les jette ensuite dans une poubelle fermée
    • Je salue sans serrer la main. J’arrête les embrassades
    • Je porte un masque lorsque je ne peux pas être à 2m de distance d’une autre personne (découvrez notre vidéo prévention)

Aussi élémentaires qu’ils soient, ces gestes sont importants et efficaces !

4. Travail et coronavirus

 

  • Le télétravail reste impératif pour tous les postes qui le permettent : le télétravail est un mode d’organisation de l’entreprise qui participe activement à la démarche de prévention du COVID-19 et permet de limiter les interactions sociales aux abords des lieux de travail et sur les trajets domicile travail.
    L’accord national interprofessionnel (ANI) du 26 novembre 2020 pour une mise en œuvre réussie du télétravail constitue un cadre de référence utile pour sa mise en œuvre. Il doit être la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent. Le temps de travail effectué en télétravail est porté à 100% pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance. Dans les autres cas, l’organisation du travail doit permettre de réduire les déplacements domicile-travail et d’aménager le temps de présence en entreprise pour l’exécution des tâches qui ne peuvent être réalisées en télétravail.
  • Téléchargez notre Guide sur le télétravail pour aménager votre poste de travail au mieux, à la maison.

 

  • Les règles de distanciation et les gestes barrières doivent être respectés impérativement pour les postes non compatibles avec le télétravail  : les entreprises doivent repenser leur organisation en intégrant de nouvelles habitudes comme les réunions à distance ou la rotation des équipes. Il faut aussi de garantir des distances minimum ou limiter le nombre de personnes présentes dans un espace réduit lorsque ce n’est pas possible.

 

5. Entreprises : votre activité et le COVID-19

  • Quelles sont les obligations des employeurs et des salariés en période de pandémie ?

Voir le dossier complet de l’INRS qui répond aux questions suivantes :

  • – L’employeur peut-il imposer le télétravail pendant l’épidémie de coronavirus ?
  • – Quels documents l’employeur doit-il mettre à jour ?
  • – Quelles sont les mesures de prévention à mettre en œuvre dans l’entreprise ?
  • – >Dans l’hypothèse d’une prolongation exceptionnelle de confinement et de télétravail en continu, quelles seront les mesures de prévention à rappeler aux télétravailleurs afin de garantir leur sécurité et protéger leur santé ?
  • – Quelles sont les mesures de prévention à mettre en œuvre en cas de recours à une entreprise extérieure et à intégrer dans le plan de prévention ?
  • – Quelles sont les dispositions applicables concernant les vérifications générales périodiques des équipements à réaliser pendant le confinement lié au COVID19 ?
  • – Comment assurer le suivi de l’état de santé des travailleurs pendant l’épidémie ?
  • – Quelles sont les obligations de l’employeur en matière d’information et de formation des travailleurs en situation exceptionnelle de de pandémie ?
  • – Un salarié peut-il faire usage du droit de retrait et quel formalisme doit-il alors respecter ?
  • – Pour les salariés continuant à travailler ou en contact avec du public, les employeurs peuvent-il imposer des relevés obligatoires des températures corporelles de chaque employé ou visiteur ?

Si vous avez des questions en tant qu’employeur, nous vous invitons à consulter la ressource « questions-réponses«  du gouvernement.

 

 

  • Des fiches conseils : métier par métier

Avec l’aide d’experts, le Ministère du Travail a rédigé des fiches conseils métiers afin d’apporter aux employeurs et aux salariés des informations techniques précises et adaptées pour la mise en œuvre de mesures de protection.

6. Pour tous : cas contact et/ou personnes vulnérables

  • Qu’est-ce qu’un contact à risque ?

 

En l’absence de mesures de protection efficaces pendant la durée du contact, toute personne :

  • – ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable
  • – ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (ex : conversation, repas, contact physique). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace, même en l’absence de port de masque, ne sont pas considérées comme des personnes-contacts à risque
  • – ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins
  • – ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel …) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24h avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

 

  • Qu’est-ce qu’un contact à risque négligeable ?
  • – Toutes les autres situations de contact
  • – Toute personne ayant un antécédent d’infection par le COVID-19 confirmé par amplification moléculaire (RT-PCR, RT-LAMP), test antigénique ou sérologie datant de moins de 2 mois.

 

  • Quelles sont les mesures de protection efficaces ?
  • – une séparation physique isolant la personne-contact du cas confirmé en créant 2 espaces indépendants (vitre, Hygiaphone®)
  • – un masque chirurgical ou FFP2 ou grand public en tissu fabriqué selon la norme AFNOR SPEC S76-001 de catégorie 1 ou masque grand public en tissu réutilisable possédant une fenêtre transparente homologué par la Direction générale de l’armement, porté par le cas ou le contact.

 

  • Ne sont pas considérées comme des mesures de protection efficaces :
  • – les masques grand public en tissu de catégorie 2
  • – les masques en tissu « maison » ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes AFNOR SPEC S76-001 ainsi que les visières et masques en plastique transparent portées seules (pour plus d’information sur la protection conférée par les différents types de masques, voir l’avis du HCSP)
  • – une plaque de plexiglas posée sur un comptoir, des rideaux en plastique transparent séparant clients et commerçants.

 

  • Si vous présentez les symptômes suivants, pensez COVID !

– infection respiratoire aiguë avec fièvre ou sensation de fièvre

ou

– la survenue brutale :

  • d’une fatigue inexpliquée
  • de courbatures
  • de maux de tête en dehors d’une pathologie migraineuse connue
  • d’une perte ou modification de l’odorat, sans rhinite associée
  • d’une perte ou modification du goût

 

  • Qui sont les personnes vulnérables ?

Les personnes vulnérables, à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 ont été identifiées par le décret n°2020-1365 du 10 novembre 2020.

Si tel est votre cas, demandez à votre employeur de télétravailler ou bien demandez à être placé en activité partielle.

 

  • Comment gérer les cas contact au travail ?

Téléchargez la fiche du Ministère du travail, mise à jour le 1er mars 2021.
Contactez votre médecin du travail qui évaluera avec vous les conditions d’une éventuelle reprise.

7. Salariés en activité partielle : quel suivi en santé au travail ?

  • Si les salariés sont indemnisés en activité partielle pour la totalité de leur temps de travail (0h travaillée) : le contrat de travail est suspendu, l’employeur ne peut pas convoquer les salariés en visite périodique (examen médical d’aptitude périodique, visite d’information et de prévention périodique, ou visite intermédiaire du suivi renforcé).

 

  • Si les salariés ne sont indemnisés en activité partielle que pour une partie de leur temps de travail : les salariés peuvent être envoyés en visite médicale, mais le temps consacré aux visites doit être déclaré et payé comme du temps de travail.

 

Information du 29 janvier 2021

8. Salarié : Droit de retrait : puis je quitter mon poste ?

Sous conditions. Le droit de retrait permet au salarié de quitter son poste de travail ou de refuser de s’y installer sans l’accord de son employeur sous deux conditions : si la situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection.

On entend par « grave » le fait qu’un danger représente une menace pour la vie ou la santé du travailleur (maladie ou accident mortel) ; et par « imminent », qu’il puisse survenir immédiatement ou rapidement.

 

Le danger peut être individuel ou collectif. Le salarié n’a pas à prouver qu’il y a bien un danger, mais doit se sentir potentiellement menacé par un risque de blessure, d’accident ou de maladie. Il peut donc interrompre ses activités, tant que l’employeur n’a pas mis en place les mesures de prévention adaptées.

 

Dans le contexte du coronavirus, si l’employeur met en œuvre les recommandations du gouvernement, les conditions d’exercice du droit de retrait ne sont pas réunies : il n’y a donc aucun motif raisonnable de penser que la situation de travail présente un danger.
En revanche, si ces recommandations ne sont pas suivies par l’employeur, alors le travailleur peut exercer son droit de retrait jusqu’à ce que celles-ci soient mises en œuvre.

Le travailleur doit informer son employeur ou un représentant du personnel (CSE/CCSCT) de l’exercice de son droit de retrait par tout moyen. Son retrait ne doit toutefois pas entraîner une nouvelle situation de danger grave et imminent pour d’autres personnes.

De son côté, l’employeur ne peut effectuer aucune retenue sur salaire, ni sanctionner un travailleur ou un groupe de travailleurs qui a exercé son droit de retrait de manière légitime. Mais lorsque les conditions du droit de retrait ne sont pas réunies, le travailleur s’expose à des retenues sur salaire ou des sanctions, voire un licenciement.

Source : Article L4131-1 du Code du travail.

Pour en savoir plus :

Information du 2 février 2021

9. Soignants : quelles sont les particularités pour vous ?

– Dispositifs d’aide

  • Un dispositif d’accompagnement psychologique proposé par l’association Soins aux Professionnels de Santé
    • – un numéro vert gratuit : 0805 23 23 36
    • – une application mobile : plateforme SPS téléchargeable gratuitement
    • – 100 psychocliniciens dans le grand est
    • – Pour en savoir plus : https://www.asso-sps.fr/covid19

 

  • L’Ordre des médecins

enjoint plus que jamais aux médecins, internes et professionnels de santé en difficulté de se tourner vers ce numéro d’écoute et d’assistance :

    • 0800 288 038, 24h/24, 7j/7

 

– Suivi des professionnels de santé

[HSCP, 14 janvier 2021] En cas de découverte chez un professionnel asymptomatique d’un RT-PCR positif : prévoir une éviction de 7 jours et le respect des mesures barrières renforcées pendant les 7 jours suivants. Tous les professionnels sont potentiellement concernés par une mesure d’éviction, en tant que cas confirmé de Covid-19 ou personne contact à risque d’un cas confirmé.Téléchargez le DGS-urgent 2021-17 pour en savoir plus.

 

  • La Société Française de Médecine du Travail a publié des avis :

Pour accéder à la Foire aux questions :