Coronavirus – COVID-19

Vous êtes ici :
Page mise à jour le 8 juin 2020
Coronavirus - Covide 19

Depuis le confinement du 17 mars, l’organisation des entreprises a été fortement impactée ; les services de santé au travail également.

Rapidement, AST67 a mis en place une plateforme dédiée qui a permis de répondre aux nombreuses questions des entreprises et des salariés.
Nous assurons toute la réponse à la demande liée au COVID-19.

Veillez à nous adresser vos salariés en visite de reprise, quelque soit le motif de leur arrêt de travail. Et en particulier : les personnes vulnérables, les salariés après COVID-19 et les cas contact.
Aujourd’hui, nos équipes sont redéployées dans nos centres médicaux et assurent des téléconsultations, et des visites en présentiel lorsque c’est nécessaire.
Conseils et expertise restent plus que jamais au coeur du service que nous devons aux entreprises et aux salariés.

AST67 accompagne la reprise d’activité de ses adhérents en proposant de nombreux outils : guide de reprise d’activité, webinaires thématiques, boite à outils, guides thématiques

Découvrez nos 3 nouveaux accompagnements : à la mise à jour du document unique, à l’accompagnement psychologique et à la prévention des TMS.

La crise est loin d’être finie : restez vigilants, restez connectés à AST67 !

Nous restons, évidemment, joignables par téléphone et par courriel pour vous accompagner dans la mise en place de toutes les restrictions liées à la pandémie du COVID-19.

Pour accéder à la Foire aux questions :

1. AST67 maintien son activité, mais différemment…

Dans la situation pandémique actuelle, AST67 adapte son organisation pour continuer de vous conseiller et assurer le suivi individuel des salariés.

Depuis le 5 mai, une partie de nos équipes est présente dans les secteurs pour vous accompagner.

Vous pourrez :

  • bénéficier de visites médicales en téléconsultation, quelque soit votre secteur d’activité
  • bénéficier des conseils de nos médecins du travail par téléphone
  • avoir une réponse à vos questions sur la santé au travail

En accord avec votre salarié, toutes les visites médicales feront l’objet d’une téléconsultation. Un protocole particulier encadre l’organisation de la visite et décrit les précautions à prendre, notamment :

  • bien informer le salarié des modalités de la téléconsultation
  • transmettre l’attestation ou l’avis médical d’aptitude.

 

Vous souhaitez prendre rendez-vous pour une visite ?

Téléchargez la demande de visite et complétez-la avec précision. Le numéro de téléphone et le courriel de votre salarié nous sont indispensables pour assurer la visite.

Attention, les centres sont fermés au public, pour l’instant, notre service est uniquement assuré par téléphone.

Pour contacter le centre médical de votre secteur :

  • Vous dépendez du centre médical de Saverne, Sarre Union, Drulingen, Bouxwiller, Pfaffenhoffen, Wasselonne, Ingwiller : contactez le centre de Saverne : abs@ast67.org | 03 90 22 97 85
  • Vous dépendez du centre médical de Haguenau, Soufflenheim, Reichshoffen, Wissembourg, Betschdorf, Beinheim, Lauterbourg, Soultz-sous-Fôrets : contactez le centre de Haguenau : nordalsace@ast67.org | 03 90 29 76 43
  • Vous dépendez du centre médical de Scherwiller, Villé, Benfeld, Barr, Obernai : contactez le centre de Scherwiller : centrealsace@ast67.org | 03 90 29 76 41
  • Vous dépendez du centre médical de Strasbourg intra muros hors Meinau, contactez le centre du Cap à Strasbourgstrasbourg@ast67.org | 03 90 22 97 81
  • Vous dépendez du centre médical de Schiltigheim, Bischheim, Brumath, Hochfelden, Bischwiller : contactez le centre de Schiltigheimeee@ast67.org | 03 90 22 97 82
  • Vous dépendez du centre médical de Strasbourg Meinau, Erstein, Illkirch-Graffenstaden : contactez le centre d’Ersteinried@ast67.org | 03 90 22 97 83
  • Vous dépendez du centre médical de Molsheim, Mutzig, Schirmeck, Entzheim, Eckbolsheim : contactez le centre de Molsheimbruche@ast67.org | 03 90 22 97 84

L’ensemble de nos actions en entreprise (études de poste, réunions, sensibilisations, formations…) est pour l’instant reporté.

2. Pour suivre l’actualité

Fiez-vous aux messages des professionnels de santé et aux sources officielles.

 

Numéro vert : 0 800 130 000 

  • Cette plateforme (7j/7 24h/24) permet d’obtenir des informations sur le COVID-19 et des conseils.

 

Affiches :

 

Sources officielles mises à jour très régulièrement

3. Travail et coronavirus : le point sur la situation

  • Le télétravail reste impératif pour tous les postes qui le permettent : la façon d’éliminer la plus efficacement la propagation du virus est de limiter au maximum les contacts physiques.
    Téléchargez notre Guide sur le télétravail pour aménager votre poste de travail au mieux, à la maison.

 

  • Les règles de distanciation et les gestes barrières doivent être respectés impérativement pour les postes non compatibles avec le télétravail : les entreprises doivent repenser leur organisation en intégrant de nouvelles habitudes comme les réunions à distance (appel ou visioconférence) ou la rotation des équipes. Il faut aussi de garantir des distances minimum ou limiter le nombre de personnes présentes dans un espace réduit lorsque ce n’est pas possible.
    Téléchargez notre Aide au plan de reprise d’activité : vous y trouverez 10 fiches pratiques qui abordent les sujets essentiels à travailler.
    Notre webinaire sur la reprise d’activité vous donnera également des clefs pratico-pratiques, et notre Foire aux questions apporte des réponses à la plupart des questions que vous vous posez.

 

  • Les entreprises qui ont une baisse partielle ou totale d’activité peuvent recourir au chômage partiel : les entreprises dont l’activité a été réduite par le coronavirus et celles qui ont fait l’objet d’une obligation de fermeture en application de l’arrêté du 15 mars 2020 sont éligibles au dispositif d’activité partielle. Il faudra alors effectuer une demande sur le site dédié sous 30 jours à partir du 17 mars, avec effet rétroactif.

 

  • Les solutions de garde pour les parents d’enfants de moins de 16 ans : Le dispositif a évolué depuis le 1er mai. les parents bénéficiant d’un arrêt de travail dérogatoire pour garde d’enfants basculent sur le régime de l’activité partielle. Les salariés concernés bénéficieront du dispositif d’activité partielle pour toute la durée de la mesure d’isolement, d’éviction ou de maintien à domicile concernant leur enfant. Les salariés perçoivent une indemnité égale à 70% de votre salaire brut, soit environ 84% du salaire net. Si vous êtes rémunéré au Smic, votre salaire sera maintenu à 100%. Pour en savoir plus : consultez la page Juritravail.

 

  • Les personnes à risque, dont vous retrouverez la liste ici, peuvent également bénéficier du chômage partiel, sur présentation d’une déclaration d’interruption de travail.

4. Pour tous : les gestes barrières sont simples et efficaces !

Face au coronavirus, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

  • Je me lave très régulièrement les mains à l’eau et au savoir (une vidéo explicative ici) ou avec un gel hydroalcoolique
  • Je tousse ou éternue dans mon coude ou dans un mouchoir
  • J’utilise des mouchoirs à usage unique et je les jette ensuite dans une poubelle fermée
  • Je salue sans serrer la main, j’arrête les embrassades
  • Je porte un masque lorsque je ne peux pas être à 2m de distance d’une autre personne

Aussi élémentaires qu’ils soient, ces gestes sont importants et efficaces !

5. Pour tous : vous êtes inquiets pour votre santé ?

Qu’est-ce qu’un contact à risque :

  • Un contact en l’absence de mesure de protection efficace pendant la durée du contact :
    • hygiaphone ou autre séparation physique (vitre, plexi)
    • masque chirurgical ou FFP2 porté par l’une ou l’autre des personnes en contact
    • masque grand public fabriqué selon la norme AFNOR, ou équivalent, porté par les deux personnes en contact
  • Un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre quelque soit la durée, lors d’une discussion : conversation, repas, flirt, accolades, embrassades…
  • Un contact dans un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule, train, avion…) pendant au moins 15 minutes avec un cas
    ou un contact en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement dans un espace confiné

Des personnes croisées dans un espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes de contact à risque.

 

Si vous présentez les symptômes suivants, pensez COVID !

  • infection respiratoire aiguë avec fièvre ou sensation de fièvre

ou

  • la survenue brutale :
    • d’une fatigue inexpliquée
    • de courbatures
    • de maux de tête en dehors d’une pathologie migraineuse connue
    • d’une perte ou modification de l’odorat, sans rhinite associée
    • d’une perte ou modification du goût

Les personnes vulnérables, à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 ont été clairement identifiées par le décret n°2020-521 du 5 mai 2020.
Si tel est votre cas, demandez à votre employeur de télétravailler ou bien de vous placer en activité partielle.
Contactez votre médecin du travail qui évaluera avec vous les conditions d’une éventuelle reprise.

6. Entreprises : votre activité et le COVID-19

Comment organiser la reprise d’activité ?

 

Quelles mesures l’employeur doit-il prendre pour protéger la santé de ses salariés face au virus ?

 

Quelles sont les obligations des employeurs et des salariés en période de pandémie ?

Voir le dossier complet de l’INRS qui répond aux questions suivantes :*

  • L’employeur peut-il imposer le télétravail pendant l’épidémie de coronavirus ?
  • Quels documents l’employeur doit-il mettre à jour ?
  • Quelles sont les mesures de prévention à mettre en œuvre dans l’entreprise ?
  • Dans l’hypothèse d’une prolongation exceptionnelle de confinement et de télétravail en continu, quelles seront les mesures de prévention à rappeler aux télétravailleurs afin de garantir leur sécurité et protéger leur santé ?
  • Quelles sont les mesures de prévention à mettre en œuvre en cas de recours à une entreprise extérieure et à intégrer dans le plan de prévention ?
  • Quelles sont les dispositions applicables concernant les vérifications générales périodiques des équipements à réaliser pendant le confinement lié au COVID19 ?
  • Comment assurer le suivi de l’état de santé des travailleurs pendant l’épidémie ?
  • Quelles sont les obligations de l’employeur en matière d’information et de formation des travailleurs en situation exceptionnelle de de pandémie ?
  • Un salarié peut-il faire usage du droit de retrait et quel formalisme doit-il alors respecter ?
  • Pour les salariés continuant à travailler ou en contact avec du public, les employeurs peuvent-il imposer des relevés obligatoires des températures corporelles de chaque employé ou visiteur ?
  • Quelles sont les mesures exceptionnelles prévues par la Loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 en matière de santé et de sécurité au travail ?

 

Si vous avez des questions en tant qu’employeur, nous vous invitons à consulter la ressource « questions-réponses«  du gouvernement.

Rendez-vous au webinaire organisé le 9 juin par AST67 sur la responsabilité de l’employeur en termes de santé et sécurité au travail : https://app.livestorm.co/ast67/covid-19-quelles-responsabilites-des-employeurs-en-matiere-de-sante-et-de-securite-au-travail

7. Soignants : quelles sont les particularités pour vous ?

Dispositif d’aide

Un dispositif d’accompagnement psychologique proposé par l’association Soins aux Professionnels de Santé

    • numéro vert gratuit : 0805 23 23 36
    • Application mobile : plateforme SPS téléchargeable gratuitement
    • 100 psychocliniciens dans le grand est
    • Pour en savoir plus : https://www.asso-sps.fr/covid19

 

L’Ordre des médecins enjoint plus que jamais aux médecins, internes et professionnels de santé en difficulté de se tourner vers ce numéro d’écoute et d’assistance :

    • 0800 288 038, 24h/24, 7j/7

 

 

Arrêt de travail des soignants

Aucun professionnel de santé, exerçant en ville ou dans un établissement sanitaire ou médico-social, ne peut bénéficier d’un arrêt de travail via le téléservice declare.ameli.fr. En revanche, la CPAM a dédié un numéro spécial pour les soignants, afin qu’ils puissent bénéficier d’un arrêt de travail : 0 811 707 133.

  • S’agissant des personnels soignants des établissements de santé, afin de les protéger tout en permettant la continuité du service, l’avis du Haut Conseil de la santé publique prévoit que la situation des personnels soignants soit évaluée au cas par cas en lien avec la médecine du travail de l’établissement en fonction de la gravité de la pathologie et de son évolutivité.
  • S’agissant des professionnels de santé libéraux, un numéro d’appel unique est mis à leur disposition : 09 72 72 21 12. Ce numéro de téléphone est exclusivement réservé au traitement des situations individuelles des professionnels de santé libéraux concernés par un arrêt de travail.

 

 

Suivi des professionnels de santé

La Société Française de Médecine du Travail a publié des recommandations :

Des fiches pratiques sont disponibles pour la médecine de ville, les urgences, la réanimation. Vous y trouverez des recommandations, des procédures, des check-list. https://covid.com-scape.fr

8. Salarié : Droit de retrait : puis je quitter mon poste ?

Sous conditions. Le droit de retrait permet au salarié de quitter son poste de travail ou de refuser de s’y installer sans l’accord de son employeur sous deux conditions : si la situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection.

On entend par « grave » le fait qu’un danger représente une menace pour la vie ou la santé du travailleur (maladie ou accident mortel) ; et par « imminent », qu’il puisse survenir immédiatement ou rapidement.

 

Le danger peut être individuel ou collectif. Le salarié n’a pas à prouver qu’il y a bien un danger, mais doit se sentir potentiellement menacé par un risque de blessure, d’accident ou de maladie. Il peut donc interrompre ses activités, tant que l’employeur n’a pas mis en place les mesures de prévention adaptées.

 

Dans le contexte du coronavirus, si l’employeur met en œuvre les recommandations du gouvernement, les conditions d’exercice du droit de retrait ne sont pas réunies : il n’y a donc aucun motif raisonnable de penser que la situation de travail présente un danger.
En revanche, si ces recommandations ne sont pas suivies par l’employeur, alors le travailleur peut exercer son droit de retrait jusqu’à ce que celles-ci soient mises en œuvre.

Le travailleur doit informer son employeur ou un représentant du personnel (CSE/CHSCT) de l’exercice de son droit de retrait par tout moyen. Son retrait ne doit toutefois pas entraîner une nouvelle situation de danger grave et imminent pour d’autres personnes.

 

De son côté, l’employeur ne peut effectuer aucune retenue sur salaire, ni sanctionner un travailleur ou un groupe de travailleurs qui a exercé son droit de retrait de manière légitime. Mais lorsque les conditions du droit de retrait ne sont pas réunies, le travailleur s’expose à des retenues sur salaire ou des sanctions, voire un licenciement.

Source : Article L4131-1 du Code du travail.

 

Pour en savoir plus :

9. Fiches conseils métiers du Ministère du travail

Avec l’aide d’experts, le Ministère du Travail a rédigé des fiches conseils métiers afin d’apporter aux employeurs et aux salariés des informations techniques précises et adaptées pour la mise en œuvre de mesures de protection.

12. Production, achat et distribution de masques dans le Grand Est

Pour accéder à la Foire aux questions :